vendredi 16 février 2007

A Captain Courage story (8)

Bon ça fait un petit bout de temps que je n’ai pas parlé de moi ici…
Je n’ai pas trop le temps à cause de ma baraque (qui se construit petit à petit).
Mais je vais m’y remettre.
De toute façon mes journées ne sont pas très passionnantes en ce moment…
Tiens ce matin par exemple, je me suis levé à la bourre… Com’ d’hab… De toute façon mon boulot ne me motive pas des masses…
Le réveil sonne à 8h25 (c’est psychologique le 25, c’est pour me lever avant 30… Bref un truc à moi qu’y a que moi qui comprend…). Pffffff… Chuis un peu trop claqué (un peu comme tous les matins), en plus hier soir avec ma moitié on a un peu abusé… 2 épisodes de Lost, et 2 de Prison Break plus une discussion interminable sur la couleur du crépis et du casserolier de la cuisine (Important ça le casserolier de la cuisine !). 2h du mat on va au lit et comme en plus on s’est un peu excité béh on s’est pas endormi immédiatement…
Alors, ce putain de réveil sonne et je referme les yeux 5 minutes…
Donc levé 9h10 en catastrophe, en plus j’écrase la jambe de la larve qui est à ma gauche, et comme j’ai mal dormi, j’ai la fameuse gaule matinale… Impossible de pisser dans le trou des toilettes. Alors après 2 ou 3 tentatives et des milliers de gouttes sur le bord de la lunette, je décide d’arrêter le carnage, de toute façon je suis à la bourre et je dois encore passer sous la douche. Donc je vais direct dans la douche et je finis de pisser dans la baignoire… Au moins les gouttes ne feront chier personne là.
9h45, j’ai bien speedé, j’arrive au boulot et là je tombe nez à nez avec ma DRH + la Directrice Qualité + ma chef de produit… Cette chaaaaaaance ! Pendant que je leur claque la bise, ma chef de produit, qui veut se la jouer sympa, me sort avec un sourire forcé « Et alors ? T’as vu l’heure ? »… J’ai envie de lui sortir « Ta gueule connasse, tu fais chier tout le monde avec ton humour à 2 balles à moitié sérieux… » mais je ferme ma bouche, de toute façon ça fera pas avancer le schmilblick et puis elle doit déjà le savoir qu’elle est conne… C’est pas possible autrement…
10h00, donc là tout en buvant un café, après avoir lu tous mes emails, et les avoir classés par catégorie (les 2 catégories les plus utilisées étant « conneries » et « cul », même si de temps en temps je reçois du « en retard », « à faire », ou « urgent ») je commence à bosser.
10h05, ma collègue, celle avec des nichons aussi gros que des obus, se pointe dans mon bureau pour me raconter je sais pas trop quelle connerie au sujet d’un projet à la con. Moi j’écoute pas, je suis encore claqué, et mes yeux sont rivés sur ses obus… La seule chose qui me vient en tête à l’heure qu’il est c’est : « Putain ça pèse combien un truc pareil ? ». Bref, de toute façon je suis sûr qu’elle sait que tous les mecs de la boite regardent ses nichons. On voit que ça et elle en joue.
Donc, après 10 minutes passées en compagnie de Miss Pairedemeules et après que j'aie abrégé la conversation par : « Ecoute, là chuis crevé et puis j’ai pas bossé sur ce truc, tu veux pas aller demander à Hubert ? ». Elle se casse enfin !
Ah oui j’oubliais, Hubert c’est le mec con et aigri qui bosse comme un con, qui se tape une femme aussi grosse que lui est con, et qui ne donne pas trop envie de lui demander quelque chose tellement il est con. Bref, on a tous un Hubert au boulot.
10h20 : Donc je replonge dans mon boulot… Et je bosse et je bosse et je bosse, mais putain chuis pas motivé alors le moindre truc me distrait. De toute façon dans mon bureau (on est 3), on a le jeu de fléchettes et le punching-ball. ça aide pas.
10h50 : Deuxième café. Au bout de quelques minutes je commence à avoir des palpitations dans la paupière. Fait chier ! Cette fois je décide d’arrêter de griffonner des petits carreaux dans mon agenda, après je peux plus rien y écrire et en plus j’avance pas sur mon affaire.
De 11h à 12h30, je bosse comme un autiste… Impossible de me parler sinon je dois tout recommencer, donc je réponds plus à personne sauf quand on insiste trop, je réponds « Ouaih, ouaih » mais de toute façon j’ai pas écouté… Je m’en fous j’irai voir tous ces connards plus tard pour qu’ils me répètent ce qu’ils avaient à me dire, car là je suis pas en état de réfléchir à 2 trucs en même temps.

De 12h45 à 14h00 je rentre chez moi (ou plutôt chez mon colloc) pour manger un morceau ! Seul moment de détente de la journée.
Je repars en catastrophe au boulot parce que j’ai pas vu l’heure tourner avec en prime une grosse envie de popo… Mais je serre les fesses.
14h05 : Je traverse en courant tout le RDC de ma boite pour aller droit vers les gogues ! Une collègue super mignonne m’interpelle mais là je peux pas m’arrêter, alors je prétexte une réunion urgente et je continue.
14h15 : Je sors des toilettes avec un petit rictus de soulagement… Ouach ! Et là quand j’arrive dans mon bureau c’est la catastrophe… Une dizaine de connards sont en train de jouer soit aux fléchettes soit à un questionnaire et j’ai Miss Pairedemeules qui revient à la charge en agitant ses 2 masses pondérées devant mes yeux et qui me pose tout un tas de questions… Plus ça va, et plus elle bombe son torse pour tenir son dos bien droit, ce qui a pour effet de faire remonter ses seins pour bien les mettre en valeur. Bref je suis torturé par un sacré dilemme… Soit j’envois bouler cette conne loin de mon bureau pour qu’elle aille agiter ses nichons ailleurs (car en plus sa voix est stridente), soit d’un coup inattendu je chope ses seins dans mes mains pour savoir quel effet ça fait, et là aussi je suis sûr qu’elle va se casser… Mais la 2ème solution me parait quand même une idée à la con. Donc, très gentiment et avec un beau sourire je lui redis d’aller voir ailleurs.
Et là ma Directrice Qualité qui vient me faire une blague à 2 balles sur les pingouins (elle rentre du Pole Sud, elle aurait mieux fait d’y rester et d’en épouser un pingouin, car c’est à peu près la seule chose qu’elle pourrait se taper…). Bref je rigole même pas et je fais le mec qui a pas compris en fronçant les sourcils… Mais c’est vraiment chiant de devoir jouer tout ce cinéma.
Ce qui me fait chier avec Miss Directrice Qualité (Josiane Balasko pour les intimes), c’est que je suis sûr qu’elle pense que je la prends pour une conne, ce qui est vrai d’ailleurs, mais ça me fait chier qu’elle le pense…
14h45, je décide de raconter tout ça sur mon blog.
15h00 je vais fumer une clope avec le pédé du service et sa copine la lesbienne irlandaise qui a une légère moustache tout a fait charmante, ça va me changer les idées…
Au début, le pédé, je croyais qu’il voulait me faire le cul. En fait je me suis trompé, il veut faire le cul à tout le monde et je crois que pour moi il a laissé tomber. Donc c’est cool, j’ai plus peur de me mettre dos à lui ;-)
On sort on profite du soleil et on parle un peu du week-end qui arrive. Moi je me demande si c’est une véritable lesbienne l’irlandaise… Je la vois bien se faire brouter le minou, mais en même temps j’en suis pas sûr… Un jour quand je serai bourré je lui poserai la question. Sinon, elle est cool. Sauf qu’elle commence à parler du boulot, qu’elle en a déjà marre alors qu’elle vient d’arriver, Bob le pédé surenchérit… Et là j’ai vraiment plus envie de rien foutre, en plus c’est Vendredi…
Journée de merde.
Ah au fait ! J’oubliais ! On a un nouveau au boulot ! Grand et chauve avec un sourire inquiétant… On dirait un nazi…
Allez salut les copains à la prochaine !

4 commentaires:

José a dit…

Si tu bandes encore le matin c'est bon signe. Moi je bande que sous cachets maintenant.

Noémie a dit…

Dis moi Captain Courage alias G... t'aurais pas un copain célibataire à me présenter ? Je suis seule depuis plusieurs mois et ça me travaille sérieusement ;-)
D'ailleurs s'il y a des célibataires (ou pas) dans le coin, vous pouvez me répondre ici.

syenedu974 a dit…

et bien c ce ke l'on peut apeler une journée de merde!!!!!!!
prend des vacance vien ds mon ile tu verra ça fait du bien l'air frais de la réunion et en plus les filles sont motivante!!! lol

gAlly a dit…

Le 25 est très important, je fais pareil, 7h25 pour le réveil ;)